mercredi 3 août 2016

Coppa d'Oro delle Dolomiti 2016

Les Dolomites, tout le monde connaît cette partie des Alpes située en Italie et classée depuis 2009 par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité. C'est donc un théâtre idéal pour une belle et difficile course automobile. En 1947, la Coppa delle Dolomiti y fut créée sous forme d'une course de vitesse sur route ouverte, à l'image des célèbres Mille Miglia et de tant d'autres épreuves de l'époque. Le parcours, long de 303,8 km, était une boucle partant et arrivant à Cortina d'Ampezzo, et empruntant de nombreux et sinueux cols de la région. Rebaptisée plus tard Coppa d'Oro delle Dolomiti, l'épreuve n’eut lieu qu'à dix reprises. En effet, c'est en 1957 que les Mille Miglia furent endeuillées par la mort de deux concurrents et de neuf spectateurs, ce qui mit un terme à cette course mythique et à de nombreuses autres épreuves du même type.

Ferrari 225 S Vignale, en 2016 comme en 1952 !

Lors de la dernière édition de la Coppa d'Oro en 1956, le record de l'épreuve fut définitivement établi par une petite Osca MT 4 1500 à une moyenne légèrement supérieure à 100 km/h. Au palmarès de l'épreuve, seuls des Italiens au volant d'italiennes (Alfa Romeo, Lancia et Osca à une reprise, Maserati deux fois et Ferrari quatre) ont gravi la plus haute marche du podium. A une exception près cependant, puisqu'en 1955, le belge Olivier Gendebien remporta l'épreuve au volant d'une Mercedes 300 SL.


Pas très spacieuse cette Fiat 508 C MM Spider (1933)
Tout le contraire pour ce coupé Lancia Flaminia (1959)

Depuis 1972, la Coppa d'Oro delle Dolomiti revit sous forme d'un rallye de régularité (épreuve constituée de sections à moyenne imposée, avec un maximum de 38 km/h), attirant chaque année concurrents italiens et étrangers au volant de bolides octogénaires pour les plus anciens, quinquagénaires pour les plus jeunes. Cette année, trois redoutables étapes, dont une nocturne, attendaient les concurrents qui faisaient aussi une incursion dans l'Autriche voisine. Leurs montures ? Prestigieuses et sportives, les locales Alfa Romeo, Lancia, Fiat et Ferrari étant entourées entre autres  par des Porsche, Jaguar, Mercedes, sans oublier de plus exclusives Lagonda, Delahaye ou Bugatti.
La victoire n'a pas échappé à une transalpine, une "moderne" Alfa Romeo Giulietta TI s'imposant devant une MG de 1933. A noter la participation d'une superbe Ferrari 225 S qui avait participé à la "vraie" course en 1952 et qui a aussi dévoilé ses charmes au dernier Concours d'Elégance de la Villa d'Este.

L'Alfa Romeo Giulietta TI (1961) des vainqueurs 2016
Une rare Giulietta Spider tipo Sebring  (1956)

Lors de mon bref séjour dans le nord de l'Italie, je n'ai pu m'empêcher de profiter du voisinage de la Coppa d'Oro delle Dolomiti pour y faire un détour. Ce fut l'occasion de profiter des superbes paysages et des jolies routes des "passo Giau" et "passo Pordoi", point culminant de l'ancienne Coppa d'Oro, que je vous recommande vivement.

La météo y avait plutôt l'accent de notre plat pays, ce dont certains concurrents auront souffert, peu à l'abri dans leurs bolides plus qu'aérés. Mais c'est plutôt le timing de mon séjour qui m'a empêché d'aller admirer les voitures à l'assaut d'un des nombreux cols jalonnant le parcours. C'est donc d'un petit village proche du terme de l'épreuve, Valle di Cadore, où quelques tifosi de tous âges s'étaient rassemblés, que je vous ai ramené quelques souvenirs photographiques.

Une Aurelia B24 Spider (1953), poursuivie par une Jeep, tout un symbole...
Alfa Romeo Giulietta Spider (1961)
Ciao Bella ! Ferrari 212 Berlientta Touring (1952)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.