vendredi 18 novembre 2016

Les prototypes Bertone de Lancia Stratos (2/2)


Dès la présentation de la Lancia Stratos HF sur le stand Bertone du salon de Turin 1970, Cesare Fiorio, alors directeur du département sportif de Lancia, fut vivement et logiquement très intéressé. La jolie Fulvia Coupé HF pouvait alors s'enorgueillir de glaner encore de nombreux succès dans les rallyes de haut niveau, mais il était clair qu'une voiture équipée du même moteur en position centrale arrière, gage d'une excellente tenue de route et d'une grande maniabilité, plus légère et étudiée spécifiquement pour ce type de compétition, serait idéale. Cependant le dessin et la conception très futuristes de ce premier prototype Stratos n'étaient pas compatibles avec les exigences de la compétition.

C'est en février 1971 que la première rencontre officielle eut lieu entre d'une part l'ingegnere Ugo Gobbato directeur général de Lancia, accompagné de Cesare Fiorio, et d'autre part Nuccio Bertone, arrivé au siège de Lancia au volant de son prototype. A partir de ce moment, et afin de répondre à la demande de la firme turinoise, Bertone développa un deuxième prototype de Lancia Stratos, nettement moins futuriste et avec comme objectif d'en faire une voiture de rallye à moteur central. Un peu plus haute (1,08 m) et longue (3,67 m), un peu moins large (1,70 m), cette Stratos était cette fois animée du moteur V6 Dino Ferrari, car à l'époque Bertone mettait la dernière main à la carrosserie de la Dino 308 GT 4. Initialement ce propulseur n'était destiné qu'à équiper le prototype de salon car chez Lancia on souhaitait utiliser un moteur maison. Mais les idées changent, et après un premier refus de la part d'Enzo Ferrari, le V6 Dino fut finalement monté sur les Stratos de série. Le Commendatore céda après avoir obtenu de Lancia le prêt de son meilleur pilote, Sandro Munari, pour qu'il dispute la Targa Florio 1972 au volant d'une Ferrari 312 PB, course qu'il remporta d'ailleurs.



Comme le précédent, ce second prototype de Lancia Stratos fut présenté officiellement au Salon de Turin, en novembre 1971. Cette fois, il n'était plus question d'y entrer en soulevant le pare-brise, mais via des portières plus conventionnelles. Le pare-brise quant à lui, était devenu très incurvé, gage d'une excellente visibilité, indispensable pour bien viser la corde lors des spéciales que cette Stratos se préparait à affronter. Nonobstant ce pare-brise, on retrouve la ligne en coin caractéristique de l'époque, et le profil de cette Stratos n'est d'ailleurs pas sans évoquer celui de la déjà nommée Dino 308 GT 4, du moins sous la ceinture de caisse.

La suite est une autre, longue et belle histoire, la Stratos abandonnant son statut de prototype pour s'en aller vers celui d'incontestable reine des rallyes. Elle les domina jusqu'à ce que la maison mère, Fiat, décide de la remplacer par la Fiat 131 Abarth. Nul ne sait quand le règne de la Stratos aurait pris fin sans cette décision assassine.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.